jeudi 13 décembre 2012

Un peu de lecture pour les fêtes.

Où il sera traité de stratégie, de propective, de géopolitique.

- Le manuel du CCD CoE : National Cyber Security Framework Manual.

Le centre d'excellence aime donc apparement proposer des manuels pour les membres de l'OTAN pour les aider, ou tout du moins les guider en matière de sécurisation et de protection des systèmes d'information nationaux. On se rappelle que le manuel précédent s'intéressait plus particulièrement à l'application du droit international public aux cyberattaques/conflits, alors que celui-ci propose une analyse théorique des différentes facettes de la cybersécurité qui veut aider les décideurs.

it provides detailed background information and theoretical frameworks to help the reader understand the different facets of national cybersecurity, according to different levels of public policy formulation. The four levels of government – political, strategic, operational and tactical (technical) – each have their own perspectives on national cyber security, and each is addressed in individual sections."

Le manuel se divise ainsi en 6 sections: Considérations préliminaires / Objectifs politiques / Objectifs stratégiques / Considérations sur l'organisation / Engagements (obligations juridiques), mécanismes, et gouvernance / Conclusion.

On retrouve parmi les auteurs Dave Clemente, Melissa Hathaway, Jason Healey, Victoria Ekstedt, Alexander Klimburg, Gustav Lindstrom, Eric Luijf, Tom Parkhouse.

 - Le rapport du National Intelligence's Council Global Trends 2030: Alternative Worlds.

L'exercice de prospective stratégique est bien plus pratiqué aux Etats-Unis qu'en France (malgré des branches ministérielles dédiées), et par conséquent, des rapports comme Global Trends sont publiés régulièrement. L'objectif: anticiper, prévoir, prédire? les évolutions du système international à un horizon de 15 ans, et surtout les conséquences de celles-ci pour les Etats-Unis.

L'exercice est largement critiquable, tant sur la forme que sur le fonds, alors pourquoi le lire me direz-vous? Et bien parce que les discours de ces travaux sont très souvent annonciateurs de tendances au sein de l'administration américaine (notamment en matière d'énergie, de défense, et d'affaires étrangères, les 3 étant inextricablement liées). Pour en voir rapidement les grandes lignes, c'est ici.

A noter que sur le plan du cyber, l'auteur note que son emploi et ses outils créeront inévitablement des nouvelles vulnérabilités, et qu'au final, une des réponses envisageables est de développer un réseau national déconnecté de l'internet "moins efficace mais plus sûr" [sic]. Et d'ajouter que des régimes autoritaires comme l'Iran l'ont déjà fait. Relire la volonté de créer d'une manière ou d'une autre des frontières pour sécuriser le "cyberespace américain" ne m'étonne guère, mais de voir Téhéran porté comme exemple à suivre dans le domaine, là je dis chapeau.

- L'Introduction à la cyberstratégie, d'Olivier Kempf, aka EGEA.

Je ne vous encourage que trop à le lire, et à en discuter avec l'auteur si vous en avez l'occasion.


Géopolitique, représentations, construction de l'ennemi et de la menace...autant de thèmes qui me sont chers et qui sont ici appliqués à la relations sino-américaine. A l'opposé des discours officiels américains largement rapportés, l'auteur nous explique pourquoi et comment le Pentagone construit une politique américaine désignant la Chine comme menace pour la paix internationale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire